°~NeO~° Index du Forum
°~NeO~° Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Adamagnus le sans nom,

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    °~NeO~° Index du Forum -> Hors RPG -> Présentation des personnages
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Adamagnus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2007
Messages: 19
Race: Elfe de la nuit
Age: 240
Arme: Epée à une main et un ecu
Représentation manga:

MessagePosté le: Ven 23 Nov - 17:38 (2007)    Sujet du message: Adamagnus le sans nom, Répondre en citant

Race : Elfe de la nuit.

Nom / prénom : Adamagnus

Age : 240 ans

Métier et/ou dons :

Epéiste mercenaire.
Bonne vision de nuit, sens aiguisés.

Aspect physique :

Adamagnus est un elfe de taille moyenne, longiligne mais athlétique. Son existence passée dans la nuit a laissé sa peau pâle et ses yeux clairs. Ses cheveux ondulant tombent jusqu’en bas de son dos. Ils se teintent d’une couleur blonde dorée à la lumière du soleil et virent au noir de jais lorsque la nuit règne.
Ses yeux peuvent luire d’une couleur rougeâtre plutôt inquiétante dans des cas particuliers : Quand il force sur ses yeux pour observer les choses lointaines ou pour percer l’obscurité, ou lors de moment de grandes émotions ou de grande tension.
Ses traits sont fins et magnifiquement proportionnés, caractères hérités de ses ancêtres. Cependant il conserve les traces de ses anciennes batailles et de son histoire, maintes cicatrices argentées recoupant sa peau en divers endroits. Ses oreilles sont très grandes (même selon les critères elfiques !) et sont parfois le sujet de moqueries.

Description mentale :

Adamagnus est un être vivant la nuit. Il est sociale mais conserve toujours une certaine distance, et peut faire preuve d’une froideur à glacer les os. Il est sûr de lui et n’a pas peur de braver les lois les plus sacrées.
Il est devenu aussi calme qu’il était autrefois turbulent, mais il peut devenir d’une férocité alarmante s’il ne supporte plus les tensions et le poids de son passé. L’énervé est une très mauvaise idée. Cependant ce n’est pas une personne mauvaise. Il ne tue pas par plaisir et a recours au meurtre qu’en cas de situation désespérées.
Il peut être d’une grande bonté et d’une grande générosité, et est un vrai gai luron lorsqu’il est ivre (il ne supporte pas l’alcool. Sans savoir pourquoi il déteste, pour dernier détail, les téléphones portables et ceux qui y sont accros !


Qualités / Défauts :

Combatif, fort mentalement, s’intègre facilement.
Insaisissable, presque soupe au lait.

Equipement :

Adamagnus porte une tunique épaisse apparentée au cuir d’une teinte difficilement perceptible noire verte qu’il recouvre d’un demi plastron avec épaulières en argent. De fins gants de mailles protègent ses mains et offrent une agrippe agréable pour son épée qu’il nomme « Skyzein » la trancheuse. Son pantalon fait de la même matière que sa tunique est maintenue par une ceinture de cuire pouvant contenir de petits objets et son porte-feuilles. Des bottes de bonne facture et souples en cuir de mouflon lui offrent une marche rapide et discrète, et son écu de chêne encaisse flèches et coups d’armes légères.

Histoire :

Si vous questionnez ses parents, la première chose qu’ils diront de leur fils est au moment de sa naissance. Lorsqu’il sortit du ventre rond de sa maman il avait déjà cette énorme paire d’oreilles qui avaient déjà atteint sa taille adulte. Ils vous diront aussi que c’était un enfant indiscipliné et effronté, sans doute écorché par la méchanceté dont peuvent faire preuve les enfants entre eux. Lui, vous dira autre chose…

Adamagnus vit le jour (si l’on peut dire ainsi) dans la mystérieuse forêt que les autres appellent la Forêt Dont On Ne Doit Pas Prononcer Le Nom. Personne, ou en tous cas très peu de gens se sont aventurés en ces lieux, et donc ne connaissent pas l’une des tribus des plus discrètes de ces bois. La tribu des elfes de la nuit. Et comme le nom le laisse entendre, ces elfes vivent… ? La nuit ! (Vous ne suivez pas ou quoi ?!).
En effet son enfance ne fut pas des plus supportables. Ses camarades de classe ne l’épargnaient pas sur ses oreilles, mais il s’y fit à la longue. Ce qui le rendait malheureux et donc effronté était la discipline de fer qui régnait dans la tribu. Il ne pouvait supporté de se conformer à des règles absurdement strictes comme l’interdiction de courir, d’utiliser la technologie, de se consacrer aux disciplines artistiques, intellectuelles et manuelles tout au long des longues nuits froides de l’hiver comme de l’été.
Personne n’osait contredire ces règles édictées sous peine de se voir bannir de son clan et de se retrouver seul, dehors en terrain hostile de cette forêt maudite.

Adamagnus tint deux siècles ainsi, éprouvant chaque nuit les remontrances des doyens. Jusqu’au jour où, oui le jour…

Une rumeur circulait dans la tribu. Un petit groupe d’explorateurs s’était aventuré dans la Forêt. Ceci ne manqua pas d’attiser la curiosité de notre elfe ! Mais avant même que l’idée ne lui traverse l’esprit, le doyen Lenis Morgan le frappa derrière le crâne :

« N’y pense même pas impudent ! Ne brave pas l’interdit, pas de contacte avec l’extérieur, pas de sortie à plus de 206 mètres et 27,85 centimètres de la dernière demeure ! »

Ces paroles n’atteignirent même pas le cerveau de l’elfe. Le jour tombé, pendant que tout le monde dormait, Adamagnus sortit de sa maison esquivant furtivement ses parents et bon nombre des membres de sa famille (oui, la loi dit qu’on doit vivre éternellement en famille :s).
Les rares rayons de soleil traversant l’épaisse toiture de branches et de feuilles lui chauffaient la peau et éblouissaient ses yeux.

Il erra un certain temps, abattant moult animaux sauvages. Enfin il tomba sur une étrange créature qu’il n’avait jamais vu en cours, une espèce de chose affreusement laide et velue, qui progressait sur deux pattes et avec une touffe de poiles bouclées sur le sommet du crâne. Il s’approchait discrètement de la bête mais pas suffisamment : Elle possédait aussi une ouie fine et ne tarda pas à repérer Adamagnus. La bête poussa un cri strident digne d’une alarme à agression. D’un jet habile l’elfe abattit le monstre et lui tranchant la carotide avec un couteau de lancer, avant que la bête n’ameute tous le bestiaire de la forêt.

La défunte créature s’appelait une Pascaline, c’était du moins par ce nom que l’appelait la troupe d’humains qui accourait. Adamagnus tilta : Oups… !
Aussi rebutante fut-elle, il avait tué une humaine, et ses compagnons allaient lui faire payer son erreur. De peur, l’elfe prit ses jambes à son cou et détala à une vitesse impressionnante couvrant sa fuite par les arbres qui le protégeaient des volées de flèches.

Il rentra incognito…

La nuit levée, la tête dans le cululu, Adamagnus se fit étrangement docile et ne fit pas d’esclandre, à la grande joie des doyens qui commençaient à croire que les deux cent ans de fessées portaient enfin leur fruit.

Mais la nuit fut soudain éclairée d’une lueur rougeoyante annonciatrice de malheurs. La tribu fut sans dessus dessous et envoya en catastrophe sa réserve de pompiers et de guerriers…
Les fameux explorateurs mettaient le feu à la forêt et réclamaient justice.

Quelques heures plus tard, la sonnerie retentit dans la demeure d’Adamagnus. Trois guerriers et un doyen désiraient le voir. Ils l’amenèrent, entravé, à la place centrale de la tribu ou grande quantité d’elfe étaient présents. Les doyens formaient un large cercle et deux gardiens encerclaient notre prisonnier. Le chef, doyen des doyens entama sont discours d’une voix grave et solennel :


« Mes frères, mes fils, mes filles ! Cette nuit trop de lois ont été bafoués. A la source de ses problèmes je désigne Adamagnus Pandebois ! Qui a provoquer la foudre des étrangers qui ont brûler plusieurs hectares la forêt et abattu 5 de nos pompiers et 3 de nos guerriers ! Tel a été leur chatiment ! »

En hurlant sa fin de phrase dans une envolée lyrique il pointa du doigts les lances plantées dans le sol de terre humide au bout desquelles les têtes des pyromanes étaient empalées. Après une pause laissant le temps aux elfes de s’exclamer (mais dans le calme) il reprit :

« Adamagnus nous avons la preuve de ton forfait et pour cela tu sera puni comme il se doit… »

Le doyen laissa sa place à un elfe étonnamment grand et large et musculairement massif. A sa main il tenait une lourde planche de bois cloutée et de l’autre un fléau à 7 lanières terminées par les pointes métalliques.

Cette partie sera censurée car on ne doit pas savoir qu’Adamagnus, hurlant de douleur, encaissa nu les coups interminables du bourreau, et que sa peau fut déchiquetée, lacérée et trouée dans un ruissellement de larmes, de sueur et de sang.

Ils menèrent son corps inanimé à la lisière de la forêt, non loin de la mer. Le laissant pour mort il lui dirent pour l’humilier jusque dans sa mort… tu es banni, tu n’as plus de nom, plus de famille. Tu n’es plus rien… Après lui avoir craché dessus ils tournèrent les talons et regagnèrent leur village, fiers d’avoir accomplis leur devoir.

Mais ils s’étaient trompés sur un point, il n’était pas mort, mais toutefois pas très loin. Il y serait passé si une compagnie de marchants égarée ne l’avait pas ramassé…

2 semaines plus tard, quand il reprit conscience, il se trouvait dans un hôpital de chirurgie esthétique à Costa Coconuts. Son corps tout entier était enroulé dans les bandes de gazes et de tulles gras.
L’infirmières qui se tenait non loin de son lit le prévint de ce qui s’était passé :


« Vous, on peu dire que vous avez une chance d’enfer ! Quand on vous a amené ici, vous étiez tout sale, en sang et recouvert de… elle frissonna… berk ! Vos plaies servaient de maison pour les œufs de mouches et de cafards, des mycoses poussaient et le pus se déversait comme du lait d’une bouteille percée… berk berk berk berk berk ! Je le sais c’est moi qui vous ai lavé !

Enfin bref le chirurgien vous a raccommodé tout bien et vous devriez retrouver une apparence correcte d’ici 3 semaines. Par contre on a rien pu faire pour vos oreilles ! Pour le paiement ça ira, la chirurgien s’est servie au passage de vos plombages en mythril, vous devez être un homme riche ! »

Puis elle disparut en riant. Les évènements avaient complètement choqués Adamagnus, qui se retrouvait sans rien, au milieu de nul part. Il avait perdu son envie de rire et de faire des bêtises.

Pendant sa convalescence il se reposa auprès d’un psy et se consola avec des infirmières. Il s’accoutuma rapidement au mode de vie de l’extérieur et aux technologies. Il profita de 40 années pour se forger une existence où il profitait de la « liberté » en tant que mercenaire.
Il garda toujours le rythme noctambule de son ex patrie, mais perdit toute la vivacité enfantine qui y était liée. Désormais c’est un Adamagnus autrement plus froid et cruel qui continuerait de vivre pour supporter le poids du souvenir et de la culpabilité…


Devenir du personnage, quêtes à venir, but poursuivi... : Survivre pour le moment…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 23 Nov - 17:38 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Brah De Pit
Rôlistes

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2007
Messages: 25
Race: Vampire
Age: 19
Arme: Un Fouet
Représentation manga:
Tendance:

MessagePosté le: Dim 25 Nov - 14:30 (2007)    Sujet du message: Adamagnus le sans nom, Répondre en citant

J'adore ton histoire, elle est passionante,...en tout cas bienvenue!
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:36 (2018)    Sujet du message: Adamagnus le sans nom,

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    °~NeO~° Index du Forum -> Hors RPG -> Présentation des personnages Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com